Pourquoi j’ai décidé de devenir végétarienne

Aujourd’hui je souhaite partager avec vous un article un peu personnel. J’espère que ça vous plaira.
Cela fait un peu plus de deux ans que je suis végétarienne. Cet article, ça fait longtemps que j’ai envie de l’écrire, mais par manque d’informations, parce que je suis toujours entrain de me poser des questions par rapport à mon alimentation, parce que le regard des gens et leur jugement n’est pas toujours facile à accepter, pour toutes ces raisons je ne l’avais pas encore fait. Le but de ce premier article n’est pas de vous inciter à devenir végétarien(ne), mais plutôt de vous expliquer ce qui m’a poussé à le devenir.

Je n’ai jamais été une amatrice de viande, ni de poisson d’ailleurs. Lorsque j’étais petite, je regardais le steak haché dans mon assiette d’un œil noir, le fait qu’on mette sur la table un lapin cuisiné me donnait envie de vomir. Pendant des années, j’ai mangé ces produits sans savoir ce qu’ils étaient vraiment « la mousse de canard ? un nom rigolo pour ce petit pâté » ! Dans ma tête d’enfant, ces choses dont le nom n’était pas aussi réel que de la langue de bœuf, du foie, de la cervelle… ça ne venait pas d’un animal. Plus les années passaient, plus j’avais du mal avec ces bouts d’animaux, parce que je comprenais, je savais. Je pensais savoir du moins.

Quand ton entourage mange de la viande, que ta famille et tes proches insistent « tu as besoin de manger de la viande, ce morceau là, tu devrais aimer ! ». Je sais que c’est toujours partit d’une bonne intention, je sais que jamais ils ne m’auraient forcés, simplement pour certains d’entre eux, dans le schéma de la vie, il faut manger de la viande si tu veux être en bonne santé. Pour moi, le dégoût de certaines textures, certains goûts, s’accentuait de plus en plus. Pendant une période, je ne mangeais presque plus de viande. Une personne de mon entourage s’inquiétait tellement qu’elle m’achetait de « chouettes » morceaux de viande. Incapable de lui dire non sans arrêt, j’ai recommencé à en manger, avec dégoût, mais pour ne pas lui faire de peine.

Un jour, après une rupture difficile, j’ai décidé que c’était terminé. Du jour au lendemain, j’ai arrêté toute la viande. En repas de famille, on me proposait de la viande mais la réponse était maintenant claire pour moi « Non merci, je ne mange plus de viande ». Les regards se sont souvent tournés vers moi au début. Des yeux ronds, surpris, inquiets peut être. Mais je savais, c’était terminé. A cette époque, il m’arrivait encore de manger du poisson de temps en temps.

J’ai commencé à beaucoup cuisiner, à faire des plats remplit de légumes, plein de couleurs et j’ai adoré ça. J’ai commencé aussi à faire des recherches sur le végétarisme et le véganisme dont j’entendais sans cesse parler sur Instagram. Je trouvais ça vraiment intéressant. Et puis j’ai découvert le blog de Michel et Magalie CherrypepperJ’aimais leurs recettes, je passais mon temps sur leur chaîne youtube et je suis tombé sur un article. Un article qui a su faire la différence. Ca fait plus de deux ans que je l’ai lu et il me revient sans cesse en tête, tant il m’a marqué, tant il a été difficile pour moi de le lire. J’ai du m’arrêter de nombreuses fois tellement j’ai pleuré. Je savais ces choses, je les imaginais mais de les lire, ça a été un choc. J’en avais la nausée, assise sur mon petit lit, dans ma petite chambre parisienne. « Alors c’est ça ? C’est vraiment comme ça que ça se passe ? Mais comment font les employés pour vivre normalement après ça ? ». Âmes sensibles s’abstenir, voici le lien ICIAprès ça, j’ai arrêté le poisson aussi. Je suis devenue officiellement végétarienne après la lecture de ce texte.

Même si au début ça a pu leur sembler une lubie passagère, mes parents m’ont beaucoup soutenus et pour ça je leur en suis réellement reconnaissante.

Entre temps, j’ai rencontré quelqu’un, qui partage toujours ma vie aujourd’hui et que vous verrez souvent nommé comme « l’amoureux ». Dès le début, il a accepté, il m’a soutenu, il a cherché les restaurants végé friendly. Lui qui adore la viande, il a goûté tous mes plats, il a cuisiné végétarien avec moi. Je ne lui imposerai jamais de devenir végétarien, tout comme il ne m’impose pas de manger des animaux. Chacun à ses convictions et on les respecte. Il mange de la viande et du poisson autant qu’il veut mais il ne rechigne pas à manger un plat végétarien lorsque j’en fais un. Et avoir quelqu’un à mes côtés qui accepte ça et qui vit avec tous les jours, c’est un vrai soutient pour moi.

Maintenant ma famille, mes amis acceptent et me soutiennent sincèrement dans ce nouveau mode de vie. C’est une chose pour laquelle je les remercie infiniment ! Ca me fait chaud au cœur quand on va manger chez des amis et qu’ils pensent à faire des alternatives veggie pour moi, mais aussi que certains de mes proches me racontent qu’ils ont goûté ou fait goûter du tofu et que ça a plu ! Je suis ravie que des gens cherchent à manger moins (de produits animaux) mais mieux et que parfois ils me demandent des conseils. C’est un petit pas, mais à ma toute petite échelle, je suis heureuse de faire changer doucement les choses !

Je vous précise juste suis végétarienne mais pas végane. Ca signifie que je mange encore des œufs, du fromage, du miel, qu’il m’arrive de porter du cuir, de la laine, de la soie. Je ne bois pas de lait de vache parce que je le digère mal, mais si un produit en contient, je le mangerai probablement. Je suis pourtant consciente de ce qu’il y a derrière toute cette industrie et le lobby que l’on trouve derrière les produits laitiers. Tous ces animaux en souffrance, toutes ces horreurs qui se passent sous mon nez.

Mais je crois que pour le moment, ce régime (et j’entends par là « façon de manger » pas régime « pour maigrir ») me convient très bien. Et je l’avoue sans honte, j’ai peur d’en savoir plus, peur de ce que je vais découvrir, de toutes ces horreurs qui sont derrière les produits animaux que je mange et porte encore. Je saurai un jour, je ne suis simplement pas encore prête je crois.

Je suis fière de ce que je suis devenue, fière de vous faire découvrir des alternatives végétariennes. Et une chose est sûre, je ne me jette pas la pierre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *